L'équipe

La maman : MS (Marie-Sophie), 30 ans, avocat

Le papa : Ptitdesj (Cyril), 33 ans, ingénieur 
Et Laeti (Laetitia) : 4 mois le jour du départ 
Parisiens avant le voyage. Savoyards après !

Le concept

Partir en famille du Puy le 25 juillet, vers Saint Jacques de Compostelle, avec comme idées :

- Prendre notre rythme, et se laisser guider par le "chemin".

- Dormir là où on peut, en gîte, ou sous la tente... ça dépendra de beaucoup de choses... notamment de Laeti ! 

- Marcher, réfléchir... chercher Dieu, et prier.

- Passer du temps tous les 2... tous les 3 !

- Rencontrer ceux qui veulent...


Le plus simple pour décrire notre projet, est de laisser quelqu'un d'autre de le faire à notre place... C'est pourquoi, vous trouverez ci-dessous un article de Joseph Vallançon sur notre projet publié début juillet sur "Le Messager".


Une famille en route

 

Cyril et Marie-Sophie se sont décidés à partir sur les chemins de Saint Jacques cet été jusque mi-novembre. Au cours de cette période estivale propice à ce type d’aventure, rencontre avec le jeune couple de jacquets.

 

Paris, mai 2016. Au dernier étage d’un immeuble à proximité du parc Monceau, l’ascenseur nous pause devant une porte au milieu d’un couloir. D’autres entrées marquent la présence de plusieurs appartements. C’est là, au sixième étage qu’habite un couple : Marie-Sophie et Cyril. Il est 18h45 et c’est elle qui nous ouvre, un bébé dans les bras. Nous nous asseyons dans un tout petit salon en haut duquel une mezzanine apporte un peu plus de place au jeune couple. Quelques instants plus tard, le mari, Cyril, arrive. Il rentre du travail.

Pourquoi aller à la rencontre d’un couple ordinaire, marié depuis un an et demi, et que rien ne semble distinguer d’autres couples ?

Tout simplement parce qu’il se prépare à une aventure de quatre mois qui, elle, sort de l’ordinaire. Le mariage est déjà en lui-même une aventure mais au milieu de l’été, Marie-Sophie et Cyril partiront avec leur petite fille, Laetitia, sur le chemin de Compostelle : une aventure dans l’aventure.

Elle, 30 ans, est avocat en droit de la concurrence. Née à Lyon, et ayant grandi à Arras, en Martinique, à Metz puis en région parisienne, elle est aujourd’hui en congé maternité depuis la venue au monde de Laetitia le 22 mars dernier. Lui, 33 ans, de formation ingénieur travaillant aujourd’hui dans la gestion de projet informatique, a grandi à Saint-Germain-en-Laye, près de Paris. Elle est l’avant-dernière d’une famille de cinq enfants. Lui a un frère et une sœur.

Comment donc est né ce projet ? « Ça fait longtemps que je voulais faire le pèlerinage à St Jacques de Compostelle », nous répond d’emblée Marie-Sophie. « Mais c’est un cumul de circonstances, précise-t-elle. Cyril voulait aussi changer de boulot et de région. Bref, on s’est dit : "Pourquoi pas faire un break ? ". Le couple réfléchit sur plusieurs possibilités. Mais c’est le chemin de St Jacques qui s’avère le plus à leur portée. « C’est devenu une évidence tant pour moi que pour Marie-Sophie » résume Cyril.

« Nous voulions nous ressourcer » précise-t-il ensuite. Pour l’un comme pour l’autre, la dimension spirituelle était évidente dès le début du projet. D’ici leur départ, ces jeunes parents chercheront un « fil conducteur, un thème, un auteur spirituel » pour leur servir de guide tout au long de ces 1600 km de marche. Ils partiront en effet du Puy-en-Velay « si possible le 25 juillet, lors de la fête de St Jacques » rêve Cyril. En tout cas « dans ces eaux-là » tempère son épouse.

 

Pour cela, l’un comme l’autre démissionneront de leur emploi respectif avant de se lancer à l’assaut du Camino. Et Laetitia dans tout ça ? « Sur l’intégralité de l’itinéraire, on prévoit le double de temps à pieds par rapport à des marcheurs ordinaires, nous rassure Marie-Sophie. Il faut en principe environs deux mois à un pèlerin lambda pour relier Le Puy à Compostelle. Avec Laetitia, on en prévoit quatre. » Le retour est prévu vers la mi-novembre. Au moment où nous l’avons rencontré, le couple paraît serein, détaché et confiant : « zen » dirions-nous aujourd’hui. « On veut s’abandonner, explique Cyril : on ne prépare pas le chemin de façon méticuleuse mais dans les grandes lignes de l’itinéraire ». « Et puis, avec Laetitia, c’est difficile de prévoir à fond », relève la jeune maman. « On tente le coup, s’accordent-ils. Si on est empêché d’aller jusqu’au bout pour une raison ou une autre, on sera forcément déçu mais pas défaits. Et dans ce cas, nous réfléchirons à un autre projet. En voiture cette fois-ci, peut-être ».

Pour le moment, Cyril prépare tranquillement l’équipement. A peine 20 kg de matériel en tout, tente et sacs compris. Et un charriot de randonnée pour faciliter la mobilité. Laetitia, elle, sera installée sur un porte-bébé. Le pèlerinage sera ponctué de quelques jours de pause dans les grands sanctuaires. A Rocamadour, par exemple, que l’un comme l’autre apparaissent très motivés de découvrir. Entre bivouacs et gîtes ou chambres d’hôte, Laetitia, Marie-Sophie et Cyril vont se mêler aux grappes de randonneurs et de pèlerins qui l’été se lancent à l’assaut du Camino. Et espèrent bien faire de belles rencontres. D’ailleurs, ils proposeront à des membres de leur famille ou à des amis de les rejoindre sur certains tronçons.

Un an et demi après leur mariage couronné par la naissance de Laetitia, le couple veut partir d’un bon pied. L’occasion de mieux se connaître l’un et l’autre et d’approfondir la vie de couple. « Ce sera [donc] l’occasion d’échanger l’un avec l’autre sur des sujets de fond, raconte Cyril. De mieux connaître Dieu et d’aller vers Lui. Ça peut paraître théorique dit comme cela, mais l’objectif du mariage, c’est bel et bien la sainteté. » Au quotidien, au milieu de la beauté des paysages français et espagnols, le couple laissera donc la place à la prière personnelle et en famille.

Les trois premières semaines de juillet précédant le départ, les préparatifs vont s’accélérer. Avant le grand saut. L’immersion à trois sur un chemin qui les mènera vers le tombeau de l’Apôtre. Ultreïa !

La suite ? Sans doute un nouveau travail pour les parents. Et une nouvelle vie où ils atterriront après la mégalopole parisienne. Dans une ville comme Lyon ou Chambéry plus proche de la montagne, leur passion commune. Un nouveau cabinet d’avocats pour Marie-Sophie. Et un nouveau poste pour Cyril. Laetitia s’endort. Nous laissons le couple, heureux de trouver tant de simplicité et de confiance chez eux.

 

Pour suivre le périple, un blog permettra de rejoindre ces jacquets atypiques : http://lesdesjenpele.jimdo.com