RADIO CAMINO

L'Aubrac, la température chute, on annonce moins de 10 degrés la nuit. On dormira sous la tente plus tard... (les 2 filles n'aiment pas le froid !) Les paysages sont magnifiques, ça pourrait ressembler à l'Irlande... en plus beau bien sûr !

Après 3 jours là haut, c'est la descente, le Lot ! Enfin de quoi se baigner ! Et la perspective de camper. Direction le camping, "prix pèlerin", 14€ pour nous 2... Petite precision syntaxique du coin : "pèlerin" = "marcheur, sans doute riche, qu'il faut essayer d'alléger de ses euros"... business... Depuis Le Puy, les publicités, le long du chemin, rappellent parfois le métro,  il ne manque plus que les écrans géants Samsung... bref, nous continuons à marcher à la recherche d'un petit coin d'herbe gratuit ! 19h, on trouve l'endroit parfait pour le 1er bivouac de Laeti : au bord du Lot, loin de toute civilisation. Mais Laeti a un mal de ventre de folie: elle hurle... Les parents fatiguent et commencent à douter... que faire... il faut attendre que ça passe... 23h, ça y est ! Enfin calme ! Le dodo pour tous...
Le lendemain c'est reparti, nous avons la confirmation, Laeti n'aime pas les pauses : après une montée harassante, on s'arrête 2 min pour boire... c'est le réveil... impossible de continuer... on la sort du porte-bébé, puis après 15 min, on tente un départ.... impossible, Laeti ne veut pas, et le fait savoir... 10 min plus tard, nouvelle tentative, nouvel échec... Le doute s'installe, si elle veut plus jamais retourner dans son porte-bébé... 1h30 plus tard, MS a trouvé la solution : l'allaiter dans le porte-bébé ! Ça marche ;-).

A 14h,  nous arrivons à l'étape. On tente d'aller chez les hospitaliers de saint Jacques : quelle surprise ! De la place pour nous et un accueil extraordinaire : c'est exactement ce qu'il nous fallait après cette matinée difficile. Sourires des hospitaliers,  chapelle avec le saint sacrément,  offices, repas communautaire... un vrai donativo. Le moral remonte. Décidément, le "chemin" veille sur nous.

Les rencontres se multiplient : un Belge parti de chez lui avec 2€ en poche... et un âne ! Nous recroisons le polonais, toujours aussi incompréhensible mais toujours aussi sympathique. Un couple de Lorrains qui semble assez septique de notre plan... après un dîner, ils sont enthousiastes ! Le lendemain, on les retrouve, ainsi qu'une jeune Belge, pour partager un apéro.  Les discussions se multiplient, nos sujets : de vraies questions exitencielles : le bonheur, la recherche de la vérité. Chacun son chemin !

Et surtout les nouvelles circulent, grâce a radio camino : nous avons des nouvelles du polonais que nous avons quitté 3 jours plus tôt. Des personnes nous accostent : "c'est vous le couple avec une petite Laetitia qui va à Compostelle ???" Ça fonctionne mieux que le portable, surtout dans cette région !